Comment installer WordPress manuellement via FTP [Tuto Complet] ?

Près d’un site internet sur quatre fonctionne aujourd’hui avec WordPress. Le CMS s’est bâti une solide réputation autant chez les novices que chez les professionnels du web. Il dépasse encore aujourd’hui ses concurrents pour sa simplicité d’utilisation et sa maniabilité.

Le succès est tel que les hébergeurs les plus en vue, comme OVH ou O2Switch, proposent une pré-installation de WordPress dans leurs offres (ainsi que de quelques autres CMS). Une solution pratique pour ceux dont les aspects techniques rebutent quelque peu. Rien ne vaut pourtant l’expérience d’installer WordPress manuellement. En effet, installer WordPress par soi-même permet souvent de bien comprendre le produit. Et puis, entre nous, ce n’est pas très compliqué. 

Si vous avez déjà installé WordPress en local, vous vous apercevrez que l’installer en ligne, à partir des données fournies par votre hébergeur web, n’est pas fondamentalement différent.

En effet, pour installer WordPress via FTP, cela reste simple. Il faudra : une base de données à créer, quelques fichiers PHP à installer et bien sûr vos paramètres de connexion pour sécuriser le tout. La seule nuance est que cela se passe à distance et qu’un outil de transfert de fichiers sera nécessaire (comme FileZilla). Les codes d’accès sont généralement fournis par l’hébergeur.

Dans ce tutoriel, vous trouverez toutes les indications nécessaires pour installer WordPress manuellement via FTP, et ce, chez n’importe quel hébergeur web : 

Quel hébergement pour WordPress ?

La première étape de l’installation de votre site WordPress sur le web est donc de trouver un bon hébergement. Les offres en la matière ne manquent pas, il est donc important de bien connaître certaines exigences de votre CMS :

  • Le serveur de votre hébergeur doit être capable d’interpréter le langage PHP, qui est le langage sous lequel fonctionne WordPress. Si possible la version la plus récente de PHP.
  • Vous devez avoir accès à une base de donnée MySQL ou MariaDB. La version la plus récente également.
  • Veillez à ce que le serveur de votre hébergeur fonctionne avec un système d’exploitation Linux et qu’il y ait installé un serveur Apache. C’est généralement le cas, mais il est préférable de s’en assurer.

Ces préconisations s’accompagnent des conseils que l’on ne manquera jamais de vous rappeler en matière d’hébergement : notamment d’éviter les offres gratuites (sous peine de voir votre site surchargé de publicités) et de préférer une société d’hébergement située dans votre pays, tant pour des raisons d’ordre juridiques qu’environnementales.

Les informations indispensables pour installer WordPress

Lorsque vous avez contracté votre hébergement et terminé l’inscription, votre hébergeur vous fournit un grand nombre d’informations, parmi lesquelles :

  • L’accès FTP avec l’hôte de connexion, le port, le nom d’utilisateur (login) et le mot de passe (password). L’hébergeur précise également dans quel répertoire doivent être déposé vos fichiers (généralement nommé “www” ou “public_html”).
  • L’accès à la base de données, sous la forme d’une url, d’un nom d’utilisateur (login) et d’un mot de passe (password). 

Je ne saurai trop vous conseiller de bien conserver ces données. De préférence hors de votre PC de prédilection. Gardez-les plutôt sur papier ou dans votre mémoire si celle-ci est performante. Cela doit rester hors de portée de tout pirate malveillant. 

Télécharger un outil FTP

Pour installer des fichiers chez votre hébergeur, il est nécessaire d’utiliser un outil de transfert. On parle logiciel de transfert FTP.

Vous avez dit FTP ? Cet acronyme signifie File Transfer Protocol. Il s’agit comme sa traduction l’indique d’un protocole de transfert de fichiers. C’est ce protocole qui vous permettra de déposer vos fichiers sur le serveur de l’hébergeur, de les ajouter, les remplacer ou les supprimer, en toute simplicité.

Pour utiliser FTP, il existe de nombreux outils sur le web. Je vous conseille le plus célèbre d’entre eux, FileZilla qui a parmi ses nombreuses qualités celles d’être fiable, simple d’utilisation et gratuit.

  • Télécharger FileZilla sur le site http://filezilla.sourceforge.net/
  • Lancer le téléchargement de FileZilla Client
  • Le site vous propose plusieurs options, choisissez la version gratuite, amplement suffisante dans un premier temps.
  • Sous Windows, lancer l’installation en double cliquant le fichier FileZilla_XXX_win64-setup.exe

Nous verrons plus tard dans ce tuto l’utilisation de FileZilla.

Télécharger WordPress

Pour installer WordPress, il faut bien entendu… télécharger WordPress. Les fichiers, dans leur dernière version, sont disponibles dans une archive zip que l’on télécharge à partir du site wordpress.org. Le fichier téléchargé sur votre ordinateur aura pour nom WordPress-8-8-8.zip8-8-8 est le numéro de version.

Une fois téléchargé, vous pouvez décompresser le fichier zip. Vous découvrirez dans un dossier nommé ‘wordpress’ quelques sous-dossiers, une multitude de fichiers PHP mais aussi CSS voire JS. Ne touchez à aucun fichier et gardez l’arborescence telle quelle. 

fichier zip wordpresss décompressé

Créer une base de données

Votre hébergeur vous a donné une url pour accéder à une base de donnée MySQL, ainsi qu’un identifiant et un mot de passe. Ensuite, selon son mode de fonctionnement, soit il vous a invité à nommer vous-même votre base de données, soit il vous a imposé un nom.

Toujours est-il que ce nom est très important à retenir. Il permettra à WordPress de créer la base de données, ses tables, ses données, ses accès, ses relations…

Pour résumer, vous devez noter :

  • Le nom de votre base de données
  • Le nom de l’utilisateur de la base de données
  • Le mot de passe de l’utilisateur de la base de données 

Accéder à votre hébergement avec FileZilla

Voici le moment de découvrir FileZilla, l’outil de transfert de fichiers.

  • Ouvrir FileZilla
  • Ouvrir le gestionnaire de sites en sélectionnant Fichier > Gestionnaire de Sites
filezilla
  • Puis, en bas à gauche, cliquer le bouton [Nouveau Site]
  • Donner un nom de votre choix à cet accès (le nom du site de préférence – gardez à l’esprit qu’à l’avenir vous créerez probablement d’autres sites)
  • A droite, dans l’onglet Général, vous pouvez entrer les informations de connexion FTP données par votre hébergeur :
    • L’hôte de connexion
    • Le port
    • L’identifiant
    • Le mot de passe
  • Cliquer sur “OK” pour enregistrer les informations de connexion.
  • Cliquez ensuite sur “Connexion” pour vous connecter 

Ainsi FileZilla vous propose de façon claire, d’un coté (à gauche) le contenu du disque dur de votre ordinateur et de l’autre, à droite, celui de l’espace alloué par votre hébergeur. 

Le transfert d’un fichier est alors très simple et très sécurisé. Il suffit de vous positionner sur un fichier dans la partie gauche (sur votre ordinateur donc) et de le glisser-déposer dans la partie droite (le serveur de l’hébergeur). Et ça marche également dans l’autre sens.

Dans le cas où un fichier du même nom existe déjà dans le répertoire de destination, FileZilla vous demande si vous souhaitez bien le remplacer. Vous pouvez alors choisir différentes options :

  • Remplacer le fichier quoi qu’il arrive
  • Remplacer le fichier à condition que le fichier source soit plus récent que celui qui sera écrasé.
  • Ne pas effectuer le remplacement.

Installer WordPress (enfin !)

Sommes-nous prêt à procéder à l’installation de WordPress sur votre hébergement ? Récapitulons :

  • Avez-vous bien dézippé le fichier nom WordPress-8-8-8.zip ?
  • Avez-vous bien noté le nom de la base de donnée, de l’utilisateur et du mot de passe ?
  • Avez-vous bien compris le fonctionnement de FileZilla ?

Si vous avez répondu oui aux trois questions, nous pouvons y aller.

  • Ouvrez FileZilla
  • Dans Fichier > Gestionnaire de Sites, sélectionner l’accès à votre site (S’il n’existe pas encore, créer cet accès comme indiqué dans notre rubrique Accéder à votre hébergement avec FileZilla).
  • Dans la partie gauche, positionnez-vous dans le dossier ‘wordpress’ ou vous avez décompressé le fichier WordPress-8-8-8.zip
  • Dans la partie droite, positionnez-vous dans la partie allouée pour votre site (cela peut être à la racine, ou dans un répertoire nommé ‘www’ ou ‘public_html’)
  • Sélectionner l’ensemble de l’arborescence WordPress (fichiers et dossiers) de votre disque dur et chargez-les sur le serveur d’hébergement.
  • Ouvrez désormais votre navigateur (Firefox, Chrome, Safari, Internet Explorer, Edge ou autre)
  • Tapez l’url de votre site (ou du moins l’adresse fournie par votre hébergeur)

Le navigateur affiche la page d’accueil de l’installation de WordPress qui indique, entre autres, que WordPress a “besoin de certaines informations sur votre base de données” et donc qu’il “va vous falloir réunir les informations suivantes pour continuer”. Les éléments dont vous aurez besoin sont :

  • le nom de la base de données, 
  • le nom d’utilisateur MySQL, 
  • le mot de passe de l’utilisateur, 
  • l’hôte de base de données, 
  • un préfixe de table.

Votre hébergeur vous a fourni les quatre premiers éléments. Le cinquième (“préfixe de table” n’a pas une grande importance pour le moment, on laissera la valeur par défaut).

Le module d’installation de WordPress, qui est très bavard, nous explique que le process d’installation crée en fait un fichier nommé wp-config.php à partir de wp-config-sample.php. Comme indiqué, en cas de plantage lors la création du fichier nommé wp-config.php, il suffira d’ouvrir le fichier wp-config-sample.php , de modifier certains champs et d’enregistrer sous le nom wp-config.php. Si cela vous parait obscur, pas d’affolement, il est très rare que l’installation de WordPress plante à ce niveau. Et si c’était le cas, autant tout effacer et tout reprendre à zéro, ce ne sera pas très long.

Si l’installation se passe bien, les plus curieux ne manqueront pas de jeter un oeil sur le contenu du fichier wp-config-sample.php dont le code est fort lisible et permet de comprendre ce qu’il va devenir.

WordPress, enfin, nous rappelle que “vous devriez normalement avoir reçu ces informations de la part de votre hébergeur”.

On peut donc désormais cliquer sur le bouton “C’est parti”. 

Saisir les informations de configuration

Nous voici donc sur la page de saisie des paramètres à proprement parlés. Nous sommes invités à saisir les éléments évoqués sur la page précédente. Quelques valeurs par défaut sont présentes, dont il est préférable de ne pas tenir compte.

  • Nom de la base de données : saisir le nom de la base de données fourni par votre hébergeur
  • Identifiant : saisir l’identifiant (login) fourni par votre hébergeur
  • Mot de passe : saisir le mot de passe (password) de la base de données.
  • Adresse de la base de données : tapez localhost (si jamais cela ne fonctionne pas, demander à l’hébergeur)
  • Préfixe des tables : comme indiqué plus haut, ce n’est pas très important.  Je vous recommande toutefois de ne pas laisser “wp_” par défaut. Optez pour un préfixe personnalisé de trois lettres au moins suivi de l’underscore.

(Si vraiment la signification de ce préfixe des tables vous taraude, lisez toutes les explications sur cette page)

  • Une fois que tout est rempli correctement, on peut cliquer sur ‘Envoyer’

La page suivante confirme que WordPress a réussi à se connecter à la base de donnée. Tous les voyants sont au vert, vous pouvez cliquer sur le bouton Lancer l’installation.

Saisir les paramètres de votre site

WordPress est installé. L’installation propose de poser les premiers paramètres de votre site, notamment les identifiants de connexion

WordPress nous demande donc quelques “informations nécessaires” auxquelles nous allons répondre : 

  • Le titre du site, ou plus précisément le nom de votre site : “Infopreneur.blog”, “La boutique de Clara”, “Le blog de l’investisseur intelligent”, etc. Il est important de bien le choisir car c’est celui qui s’affichera en toutes lettres en haut de chaque page, et dans la balise title. Toutefois, il sera possible de le modifier à tout moment si nécessaire.
  • L’identifiant, ou plus précisément le nom d’utilisateur avec lequel vous vous connecterez à WordPress. Attention, vous ne pourrez plus changer de nom par la suite. Il faut donc choisir un nom dont vous vous souviendrez aisément. Par exemple votre prénom, en lettres minuscules, sans espace. Le mot “admin” est à proscrire (trop facile à pirater).
  • Le mot de passe : WordPress propose une chaîne de caractère très complexe et hyper-sécurisée. Je vous conseille de l’utiliser. Vous n’avez pas besoin de le retenir. A chaque future connexion, vous pourrez utiliser le module “mot de passe oublié” qui vous permettra de générer un nouveau mot de passe en utilisant votre adresse mail. L’intérêt est double : Le mot de passe est fréquemment modifié et il est difficilement déchiffrable, deux points qui renforcent la sécurité de votre site.
  • Votre adresse messagerie : Cette adresse vous permettra de communiquer avec WordPress, notamment pour les alertes de dysfonctionnement et pour la regénération des mots de passe. Indiquez donc votre adresse courante, ou du moins une que vous consultez fréquemment.
  • Vous pouvez cocher “Visibilité pour les moteurs de recherche“, ceci afin que les robots de Google s’intéressent à votre site. Si vous estimez que votre site n’est pas encore prêt, vous pouvez ne pas cocher immédiatement. Mais n’oubliez pas de le cocher le plus tôt possible sous peine de ne jamais être référencé !
  • Une fois remplis les champs demandés, vous pouvez cliquer le bouton [Installer WordPress]

Lorsque vous arrivez sur l’écran suivant, vous pouvez cliquer sur “Se connecter

Vous pouvez désormais vous connecter avec votre identifiant et votre mot de passe… Vous arrivez sur le tableau de bord (dashboard) de WordPress. Vous pouvez d’ores et déjà entrer les réglages. Le reste, c’est l’histoire de votre site…

Ce tutoriel s’achève ici. Si vous avez des questions ou remarques, n’hésitez pas à les poster dans les commentaires.

Partagez sur les réseaux sociaux !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

shares
Défilement vers le haut